Suspended boardwalks

Suspended boardwalks

four sketch maps – drawing series

Material: canvas 130×80 cm. and thread

„The map does not tell you where things are, allowing you to navigate from any spatial location you choose to any other. Rather, the lines on the sketch map are location you choose to any other. Rather, the lines on the sketch map are formed trough the gestural re-enactment of journeys actually made, to and from places that are already know for their histories of previous comings and goings. The joins, splits and intersections of these lines indicate which paths to follow, and which can lead you astray, depending on where you want to go. They are lines of movement. In affect, the walk of the line retraces your own walk trough the terrain.“

“A Brief History of Lines” by Tim Ingold

  • First series developed in collaboration with the children from the Rose-Oemischen primary School Berlin

Translation is coming soon!

Ce projet s ́inscrit dans une recherche concernant notre perception de l ́espace et la présence de la ligne et son utilisation dans notre société. A la découverte d ́un texte sur la notion de „croquis cartographiques“ de l ́anthropologue Tim Hingold dans son ouvrage „Une brève histoire de ligne“*, 2007, j ́ai eu l ́envie de tenter une expérience dans le cadre d ́une résidence, en proposant aux élèves de l ́école primaire Rose- Oemischen de Neukölln à Berlin de me dessiner leurs itinéraires quotidiens. Il en a résulté une série de dessins que j ́ai transposés en grand format, ceci a constitué la première étape du projet.

*Le croquis cartographique n ́ indique pas où se trouvent les choses, il ne permet pas de    s ́orienter entre n ́ importe quel point et un autre. Les lignes d ́ un croquis cartographique reconstituent des gestes de voyages déjà éprouvés dont les points de départ et d ́ arrivée, déjà connus, ont une histoire d ́ allée et venue. (…) Ce sont des lignes de mouvements. Le „mouvement“ de la ligne retrace votre propre „marche“ dans              l ́espace réel.

Cette première étape a consisté à la retranscription tracée sur papier du parcours mémorisé, puis à la transposition et l ́agrandissement des formes obtenues, ces dernières sont cousues sur la toile: les trajectoires sont représentés par un fils qui s ́inscrit sur la surface de la toile et connecte les différents points marquant un changement de direction.

Le choix du fils s ́est fait pour deux raisons, la première l ́allusion au mythe de Thésée, avec l ́idée de retrouver son chemin en suivant le fils et la seconde celle d ́inscrire la ligne dans une surface, tout en créant un volume aussi fin soit-il, laissant une trace du parcours effectué dans l ́espace.Le grand format se justifiant par l ́agrandissement des formes obtenues et de leur perception en tant qu ́espace propre. Les couleurs ont été choisit par les enfants.

Ces dessins sont la base d ́un travail qui retranscrit différents itinéraires, différentes perceptions de l ́espace, créant une série de surfaces planes où s ́inscrivent la mémoire      d ́un déplacement quotidien dans la ville. Un parcours influencé par les aspérités urbaines, qui simplifiées sont représentées par une géométrie des lignes rappelant les architectures rencontrées et intégrées (physiquement) d ́un point à un autre.